5 mythes sur les cheveux et les shampoings

5 mythes sur les cheveux et les shampoings
matthew-tkocz-422655-unsplash.jpg

Lors de ma visite au labo où sont développés les produits Head and Shoulders, le Sharon Woods Innovation Center, en avril 2017, j’ai eu la chance de discuter avec la scientifique principale des produits de beauté chez Procter & Gamble, Dr Rolanda Johnson Wilkerson. J’en ai profité pour lui poser des questions sur des préoccupations que plusieurs d’entre nous ont concernant les produits pour cheveux.

1. Pour avoir des beaux cheveux, on s’attaque aux pointes cassées.

Tout part du cuir chevelu. Des tests ont démontré que les cheveux qui poussent dans un cuir chevelu sec ou qui présente des dommages risquent d’être abîmés dès leur naissance. Après tout, il s’agit de peau; il faut donc s’assurer d’être bien hydraté et de traiter les problèmes qu’on a, comme on le fait pour notre visage.

2. Les préservatifs dans les shampoings ne sont pas nécessaires.

Ils sont ajoutés principalement pour protéger le consommateur. En effet, un mauvais usage du produit pourrait mener à une prolifération de bactéries et à une contamination du produit. Un exemple? Quand votre bouteille de shampoing est presque vide et que vous décidez d’étirer le produit avec de l’eau, vous risquez de dédésiquilibrer le pH, de faire entrer des bactéries, des saletés, etc.

3. Les sulfates dans les shampoings abîment les cheveux.

Les sulfates sont des dérivés de l’huile de coconut ou de l’huile de palme. Ces sont des agents de surface qui contribuent à faire mousser les produits (la mousse est importante, car elle permet de bien distribuer les ingrédients du shampoing dans les cheveux). Ils se sont fait une mauvaise réputation en ligne (on dit qu’ils sont irritants et que ce sont des molécules assez petites pour pénétrer la peau), mais l’American Cancer Society a démontré que le risque était inexistant, tant que l’ingrédient était bien utilisé et dans des concentrations adéquates. Donc en soit, la molécule peut être néfaste, mais il faut voir le produit dans son ensemble, l’interaction des ingrédients. Il s’agit donc à la base d’un choix personnel; de nombreux choix sans sulfates sont maintenant disponibles. Mais il ne faut pas oublier que cet ingrédient sera remplacé par un autre ingrédient, car il ne peut pas être simplement éliminé.

4. Le silicone dans les shampoings n’est pas nécessaire.

Le silicone «lubrifie» le cheveu et apporte de la brillance et plusieurs consommateurs en apprécient les effets. Les molécules vont «glisser» sur le cheveu partir au lavage. Encore une fois, il s’agit d’un choix personnel.

5. Les parabènes, c’est dangereux.

Les parabènes agissent en tant que préservatif (voir point 1), qui évitent le développement de moisissures et de champignons (ark). Ils sont utilisés depuis les années 20 et seul un faible pourcentage de la population a y est allergique. Il existe d’autres ingrédients pour préserver les shampoings, il est donc possible de choisir une formule sans parabènes.